Tout savoir avant de louer un bien

Tout bailleur qui désire louer son bien a pour intention de le rentabiliser. Mais tous atteignent-ils cet objectif ? Assurément pas, parce que cette opération est comme un jeu dont il faut connaître nécessairement les règles pour gagner. Ainsi, si vous êtes désireux de vous lancer dans l’immobilier ou vous y êtes déjà et voulez augmenter vos rendements, cet article est pour vous.

Partir d’un projet locatif

Pour tout bailleur digne du nom, il faudra commencer par définir votre projet locatif. Cela vous permet d’évaluer les facteurs externes et internes qui influenceront positivement ou négativement votre business. Autrement dit, il s’agit d’avoir une idée claire du type de bien et des potentiels locataires. Les avantages et inconvénients que révèle la localisation de l’immeuble aussi sont importants.

De façon pratique, il est question de passer au peigne fin certains paramètres indispensables à savoir :

  • le type de bien : cela peut être une villa, une résidence principale ou secondaire, un studio, etc. Notez simplement que chaque option a ses exigences ;
  • le type de location : il est fortement lié à la localisation géographique de l’offre et détermine votre rentabilité. Ainsi, en fonction de la zone et certaines de ses caractéristiques, vous pouvez louer votre bien en longue ou courte durée, vide ou meublé. À Paris par exemple, le volet touristique fait qu’il est plus avantageux de faire du saisonnier ;
  • l’investissement initial : il est plus abordable et moins coûteux en bail vide qu’en celui meublé, ce dernier étant plus exigeant en meubles et équipements. Cependant, il présente l’avantage de tirer un revenu mensuel plus consistant que le vide ;
  • le type de locataires : il faudra définir si vous préférez les expatriés, les étudiants ou les familles. Pour ces dernières par exemple, la location à vide correspond le mieux tandis que pour les autres, le meublé paraît plus rentable ;
  • la période locative : il s’agit du nombre de mois ou d’années durant lesquels vous souhaitez consacrer votre bien au bail.

Tous ces paramètres doivent être pris en compte par le futur businessman immobilier.

Comment estimer les mensualités pour louer son bien ?

S’il faut une estimation qui vous fait rentabiliser, attention cependant aux excès pour ne pas risquer des vacances locatives. L’essentiel est donc de trouver le juste milieu entre une mensualité ni trop élevée ni trop basse. Pour y parvenir, tenez compte de la concurrence et des prix pratiqués sur le marché local afin de mieux louer votre bien.

Ensuite, considérez la superficie locative selon la loi Carrez, la qualité du mobilier et celle des équipements fournis. D’autres détails tels que l’emplacement du bien (étage ou rez-de-chaussée), la disponibilité ou non d’ascenseurs sont également déterminants. Entre autres, sachez qu’il existe aujourd’hui en ligne des simulateurs de loyers qui pourront valablement vous aider aussi.

Les diagnostics obligatoires

Avant de mettre en bail votre bien, vous devez vous assurer qu’il respecte les normes de décence qu’exige la loi. En effet, pour que votre offre soit qualifiée de logement décent, vous devez entre autres y faire réaliser les différents diagnostics immobiliers. Il s’agit des diagnostics de performance énergétique (DPE) valable 10 ans, de gaz 3 ans, électrique 3 ans, assainissement 3 ans.

À ceux-là s’ajoutent les diagnostics amiante, termite et CREP (Constat de Risque d’Exposition au Plomb). Lorsqu’il s’agit de l’autogestion locative, vous devez faire appel à des diagnostiqueurs pour faire le travail. Par ailleurs, outre ces critères, le propriétaire doit prendre connaissance des règles mises en place par le législateur pour réguler le domaine immobilier.

Les règles qui régissent le secteur

Qu’il s’agisse d’une gestion dédiée ou une autogestion, le bailleur qui souhaite louer son bien doit connaître l’essentiel des règles en la matière. Ne serait-ce que pour s’enquérir des limites de ses responsabilités et celles de ses futurs partenaires. Ainsi, le propriétaire est tenu de connaître les différentes pièces exigibles au candidat à la location.

Il ne doit pas ignorer que chaque entrée dans son logement implique la signature d’un contrat immobilier exempte de toute clause abusive. Mieux, la loi exige que chaque entrée ou sortie soit subordonnée à la réalisation d’un état des lieux avec un PV en bonne et due forme. À ces exigences s’ajoute la fourniture, par le client, d’une caution locative parfois remplacée par la garantie Visale.

En outre, l’obligation faite au locataire de faire un dépôt de garantie et la prise en charge des réparations de part et d’autre selon les cas font également partie des contraintes légales. Quant aux éventuels litiges, ils sont soumis à la réglementation issue de la loi du 6 juillet 1989. Par ailleurs, la résiliation du bail peut provenir aussi bien du bailleur que du client.

Mais dans un cas comme dans l’autre, elle doit respecter les délais de préavis exigés pour louer son bien. Il est utile de préciser cependant qu’elle implique le remboursement des cautions et la remise des clés.

Partager: