Refus de prêt : lettre pour renoncer à l’achat du bien

May 10, 2019
Refus de prêt : lettre pour renoncer à l’achat du bien

Vous ne pouvez plus honorer votre promesse d’achat d’un bien parce que vous êtes confronté à un refus de prêt ? Adressez donc au vendeur une lettre pour renoncer à l’acquisition afin de rentrer en possession des sommes que vous avez dû verser en acompte. Découvrez nos conseils pour bien rédiger ce courrier ainsi que des astuces pour éviter un nouvel échec.

Pourquoi une lettre de renonciation

 

C’est un document qui vous permet, en tant qu’acheteur, d’informer le vendeur afin de lui exprimer votre souhait de renoncer à l’achat. C’est donc la première des démarches à faire lorsque vous vous retrouvez dans l’incapacité de poursuivre les formalités d’acquisition après la signature du compromis de vente.

En effet, ce document permet de justifier que vous vous êtes engagé à acheter le bien mis en vente par le vendeur qui, pour sa part, s’est engagé à vendre le bien à un prix déterminé.

Vous ne pouvez donc revenir sur cet accord à moins que l’une des conditions suspensives éventuellement prévues ne se réalise pas. Il pourrait s’agir de l’impossibilité d’obtenir un certificat d’urbanisme ou encore d’un refus de prêt auprès de votre banque.

La lettre de renonciation vous permet alors d’annoncer cet état de choses au vendeur. Il faudra impérativement y annexer l’attestation de refus ou tout autre document pouvant permettre de justifier votre désir de revenir sur l’accord. Ce document doit être envoyé au vendeur au plus dans un délai de 10 jours.

Contenu d’une lettre de renonciation

 

Compte tenu des objectifs précités, ce document devra comporter un certain nombre d’informations très utiles. Comme dans la rédaction de toute autre lettre, vous devez mentionner dans le coin gauche de l’en-tête, vos nom et prénom, votre adresse et le code postal de la ville. Dans le coin supérieur droit, renseignez les nom et prénom du vendeur, son adresse, le code postal et la date.

Précisez ensuite dans l’objet qu’il s’agit d’une annulation du contrat d’achat. Toutefois, n’oubliez pas de préciser qu’il s’agit d’une lettre recommandée avec accusé de réception.

Dans le premier paragraphe, précisez au vendeur que vous souhaitez annuler votre avant-contrat à cause d’un refus de prêt. C’est en réalité l’endroit idéal où vous devez expliquer les raisons de votre désistement.

S’en suivra alors un deuxième paragraphe contenant les formules de salutations. Cependant, lorsque vous avez eu à verser d’argent au vendeur ou au mandataire du bien n’oubliez pas de demander une restitution de la somme dans votre lettre.

Joignez enfin à ce document une copie de l’avant-contrat que vous avez signé et un document justificatif du rejet de votre demande de prêt.

Quelques raisons pouvant expliquer le refus de prêt

 

Comme vous le savez si bien, toute demande de financement par la banque est soumise à la présentation d’un dossier de demande de prêt immobilier constitué de plusieurs pièces justificatives. Ce dossier devra permettre de présenter vos besoins à la structure financière.

Notez cependant que les conditions d’acceptation du prêt peuvent varier d’une banque à une autre. Il s’avère donc possible qu’au même moment où vous faites face à un refus de prêt chez une banque, une autre structure peut vous donner une suite favorable.

En effet, dans le but de limiter le risque de surendettement après l’obtention du crédit, la banque se doit d’analyser minutieusement votre demande. Dans la mesure où ce risque est élevé, vous recevrez tout simplement une lettre de refus de la part de la banque. C’est donc ce dernier document qui vous permettra de vous justifier auprès du vendeur.

Quelques astuces pour éviter un nouvel échec

 

Lorsque vous vous lancez dans un achat immobilier et que vous devez faire une demande de financement, rapprochez-vous de plusieurs banques afin de comparer les offres. Intéressez-vous plus aux conditions imposées dans chaque structure afin de vous y préparer convenablement.

En règle générale, veillez dans ce premier temps à ce que vos comptes soient en ordre. Évitez donc les découverts durant les trois, voire même six mois avant une demande de prêt. Pour éviter le refus de prêt, prenez des dispositions pour faire bonne impression à la banque.

Il vous faudra ensuite avoir un emploi stable. Cela permet de justifier auprès de la banque de revenus mensuels réguliers et de sécuriser sur votre capacité de remboursement. Aussi, il serait préférable que vous ayez un apport personnel correspondant à 10 % de la somme à emprunter.

Au besoin, adressez votre demande à différentes banques. Vous pouvez aussi choisir d’avoir recours aux services d’un courtier. L’avantage c’est qu’un tel professionnel possède une excellente maîtrise du fonctionnement des banques et suivre ses conseils pourrait vous éviter d’avoir un retour négatif.

Retenez que les courtiers sont en mesure de vous orienter vers celles qui vous proposeront les meilleures conditions. Ils peuvent aussi optimiser votre demande afin qu’elle ait plus de chances d’être acceptée.

Télécharger notre lettre 100% conformes gratuitement : PINQL – Renoncement à l’achat de votre bien pour non obtention de mes prêts

Partager: