Pinql est une bonne solution alternative pour louer son bien

Mar 14, 2019
Gagnez plus d’argent avec Pinql qu’avec Airbnb : c’est possible !

La plateforme locative Airbnb créée il y a plus de 10 ans en Californie a réussi à s’étendre dans plusieurs pays avec 12 représentations en Europe. Cependant, la consistance de son portefeuille fait qu’on note certaines failles qui ternissent son image au profit de modestes start-ups comme Pinql. Aujourd’hui, que risquent les propriétaires avec ce géant et quelle garantie ont-ils avec la nouvelle application. Le décryptage dans cet article.

La compagnie américaine en Europe notamment en France

 

La plateforme immobilière a tôt fait de conquérir l’Occident en commençant par l’Irlande où elle a son siège social européen dès le début des années 2010. En 2012, Airbnb s’est installée en France plus précisément à Paris. Depuis, elle ne cesse de faire l’objet de poursuites judiciaires de la part des autorités de la ville pour non-observance de la réglementation en vigueur.

Bien que la forme de service proposée par la plateforme soit une aubaine pour plusieurs proprios et coproprios de la ville, il n’en demeure pas moins une fuite fiscale pour la ville. Ceci parce que la compagnie recrute des partenaires qui n’ont pas déclaré leur habitation auprès de la municipalité comme objet de location à courte durée.

Les nombreux injonctions et avertissements à Airbnb par la mairie pour cesser de collaborer avec de tels bailleurs sont souvent restés lettre morte causant l’indignation des autorités.

Des sanctions qui tombent à la chaîne

 

Alors que les activités du géant étaient en pleine croissance en 2014, nombre de ces partenaires sont tombés dans les mailles de la mairie et ont dû verser plusieurs centaines de milliers d’euros. En dépit de ces cas devant servir d’exemple, la récidive n’a pas manqué d’être au rendez-vous. Elle s’illustre ainsi qu’il suit :

  • 2015 : amende de 276 000 euros pour 26 proprios indélicats ;
  • 2016 : 19 bailleurs Airbnb ont écopé de 200 000 euros ;
  • 2017 : mise en demeure de la plateforme par la Mairie de Paris ;
  • 2017 : 1,3 million d’amendes pour 76 partenaires de la compagnie ;
  • 2018 : Assignation en justice du géant américain par la municipalité ;
  • 2018 : amende de 2,1 millions d’euros pour 118 partenaires de la plateforme ;
  • 2018 : assignation en justice de la compagnie par la principale organisation du secteur hôtellerie-restauration française ;
  • 2019 : demande de la ville à condamner l’entreprise à 12,5 millions d’euros pour non-respect de la législation.

Outre ces déboires, Airbnb a également assisté à la condamnation de l’une de ses partenaires, une locataire, à verser 46 000 euros d’amende à sa propriétaire avec expulsion de la location.

Quelles alternatives pour les propriétaires ?

 

Aujourd’hui, pour les bailleurs de la ville et ses environs, bien des solutions comme Pinql existent. Cette application, spécialisée dans la mise en relation des acteurs locatifs classiques, est une réelle porte de sortie pour les bailleurs français. La première raison réside dans ses fonctionnalités pratiques et à son utilisation quasi gratuite.

Mieux, ses fondateurs, contrairement à Airbnb, veillent au respect de la loi en exigeant de ses utilisateurs propriétaires d’être strictement en phase avec la réglementation en vigueur avant de poster des annonces. Depuis sa création en 2017, son taux de recrutement ne fait que s’accroître et les avis de satisfaction ne cessent d’encourager et de propulser ses innovations.

Parlons rentabilité !

 

La question que beaucoup pourraient se poser serait de savoir la rentabilité de cette application comparativement au géant américain. Mais la réponse est toute simple. Avec cette nouvelle plateforme française, il est possible de louer son bien en courte durée à l’instar d’Airbnb, sous réserve du respect des lois et de faire également la location meublée classique ensuite.

Alors que votre collaboration avec la plateforme américaine s’arrête après les 120 jours annuels jusqu’à une autre saison, elle peut par contre se prolonger avec la nouvelle pépite française Pinql. En effet, ce double avantage permet aux bailleurs de basculer dans le mode locatif meublé classique ou la location nue après les 120 jours de location touristique.

La rentabilité réside dans le fait que les proprios, étant déjà des abonnés de la plateforme, trouveront facilement des locataires dès que leur bien est libéré contrairement à Airbnb. Cela leur permet de s’épargner ainsi des vacances locatives trop longues.

Les avantages connexes de la plateforme française

 

Si la rentabilité est possible, qu’en est-il des procédures qui peuvent être parfois chronophages et épuisantes ? La plateforme locative française a répondu à cette question en mettant à la disposition des utilisateurs des modèles de contrats à rédiger en ligne grâce à ses spécialistes. Mieux, la gestion après location est également assurée par l’application.

En effet, l’application assure la mise à jour des quittances de loyer et effectue les relances du client quant aux mensualités.

En somme, il faut souligner que pour les bailleurs, des solutions comme Pinql existent lorsque la collaboration avec Airbnb n’est pas concluante.

Partager: