Tout savoir pour faire un bon investissement immobilier

Jul 8, 2019
Investir dans l’immobilier locatif

Vous voulez investir dans l’immobilier locatif, mais vous ne savez pas par où commencer ? Pour y parvenir, il est capital que vous connaissiez les règles et les bonnes pratiques inhérentes à cette entreprise. Mieux, vous devez disposer de certaines astuces capables de vous faire faire la différence. Quels sont alors ces points sur lesquels vous devez vous focaliser ? La réponse dans la suite de cet article.

Quelques données indispensables

 

Choisir le business locatif implique de connaître au préalable quelques données indispensables avant de se lancer. Et cela peut partir de cette question simple : quel est votre profil d’investisseur ? Pour vous situer, sachez qu’en moyenne, les investisseurs locatifs ont entre 45 et 46 ans. En effet, environ 4 % sont en dessous de la trentaine tandis que 24 % vacillent entre 30 et 40 ans.

De même, 38 % se situent entre la quarantaine et la cinquantaine pendant que 34 % sont au-delà de 50 ans. Ensuite, il faudra se pencher sur le revenu annuel. Selon les mêmes sondages, ce que gagnent les investisseurs par an est en moyenne de 65 000 euros en 2014. Mais cette marge est en nette progression de sorte qu’actuellement en Île-de-France il avoisine les 75 000 euros.

Les biens et les régions les plus prisés

 

Pour la plupart du temps, pour investir dans l’immobilier locatif, 90 % des particuliers optent pour un appartement avec une surface d’au moins 41 m². Il s’agit de la superficie d’un studio ou d’un 2 pièces. En outre, parmi ces particuliers, 59 % choisissent les petits espaces. Sur la base de ces données, le montant d’un investissement locatif tourne autour de 160 000 euros.

Par ailleurs, 6 régions constituent les lieux de prédilection pour les investisseurs locatifs et capitalisent 78 % des parts de ce business. Ainsi, l’Île-de-France vient en tête avec 20,5 % suivie des Midi-Pyrénées 15,4 % ; l’Aquitaine 11,5 %. Le Languedoc Roussillon, la Provence-Alpes-Côte d’Azur et le Rhône-Alpes ne sont pas moins sollicités non plus.

Toutes ces données sont nécessaires lorsque vous êtes sur le point d’acquérir un bien dans l’intention de le louer pour le rentabiliser. Que faire ensuite une fois en possession de l’objet de votre investissement ?

Investir dans l’immobilier locatif par la gestion dédiée

 

Lorsque vous avez acquis l’immeuble, deux possibilités s’offrent à vous : l’autogérer ou en confier l’intendance à un mandataire. Ce second cas est envisageable si et seulement si vous avez un autre business qui vous prend trop de temps. Parce qu’il faut le reconnaître, investir dans l’immobilier locatif demande de la disponibilité.

Dans la posture où vous ne disposez pas de temps matériel, alors confiez la gestion à un prestataire qui administre et vous rend compte selon les clauses de votre contrat. Il vous décharge ainsi des coups de fil intempestifs pour rendez-vous, de longs fils d’attente des visiteurs, des bouleversements de vos programmes pour vous ajuster à une rencontre.

C’est également lui qui s’occupera des annonces, de l’élaboration des contrats, de la perception des loyers selon la forme du compromis. La seule chose dont vous serez obligé dans ce cas, c’est l’apposition de votre signature sur les documents et contrats après vérification. Cependant, notez que ces prestations ne sont pas bénévoles et peuvent valoir jusqu’à 8 % de votre revenu annuel.

Le choix de l’autogestion locative

 

Si vous décidez de faire de la gestion de votre bien votre affaire personnelle, c’est une bonne idée, mais qui nécessite la connaissance des pratiques en la matière. Vous devez disposer de quelques notions de la législation et du droit immobilier. La rédaction d’une annonce et d’un contrat locatif ne devra pas vous être étrangère. Avoir du flair dans la sélection des candidats sera un atout appréciable.

Puisque investir dans l’immobilier locatif et le rentabiliser passe par le choix de bons locataires sérieux qui seront vos meilleurs collaborateurs dans cette aventure. Entre autres, vous devez vous occuper des relances, de la mise à jour des quittances de loyer, de la réalisation des différents états des lieux. Les éventuelles réparations et rénovations ne se feront pas sans vous. En bref, il faut disposer de temps.

Se faire accompagner des plateformes spécialisées

 

Lorsque vous choisissez l’autogestion locative, la meilleure option est de vous faire assister par les applications dédiées qui sont de plus en plus performantes aujourd’hui. Hier, leur capacité se limitait à une mise en relation propriétaire/locataire à l’instar des plateformes de rencontre. Mais depuis, elles se sont beaucoup mieux adaptées aux besoins de leurs utilisateurs.

Ainsi, elles vous assurent un bon recrutement parce qu’elles effectuent elles-mêmes les recoupements sur les données des candidats pour mettre en évidence leur crédibilité. En ce qui concerne les contrats, elles vous fournissent des prototypes desquels vous inspirer afin d’éviter des clauses abusives ou interdites. Mieux, qu’il s’agisse d’états des lieux ou des réparations, elles les prennent en charge.

Avec ces joyaux introduits dans le secteur, investir dans l’immobilier locatif est devenu plus rentable parce qu’elles jouent le rôle des agences plus efficacement. Et ce, avec un tarif dérisoire qui défie l’entendement.

Partager: