Co-living, la nouvelle tendance immobilière qui plait

May 14, 2019
Co-living, la nouvelle tendance immobilière

Longtemps relégué au second plan, le co-living reprend ses couleurs. Il séduit de plus en plus de personnes portées vers ses nombreux avantages. Plus de 20 % du marché locatif européen est occupé par ce type de location ! Il rivalise donc avec la colocation, le co-working, et même la location simple. Mais en fait qu’est-ce que c’est et à qui s’adresse-t-il ? Voici les réponses.

Co-living, c’est quoi ?

 

Le terme qui fait l’objet de cet article n’est pas français. Quoiqu’il soit reconnu, il n’existe pas de définition unanime, ni même juridique pour le mot. On se base donc sur son concept pour le définir. D’aucuns le considèrent comme un mode de vie qui fait cohabiter dans un écosystème des personnes différentes.

Ce n’est pas tout à fait faux. Une résidence est dite en co-living lorsqu’elle est hybride et habitée par des gens de cultures diverses. Ils partagent au sein de l’immeuble des espaces privés, mais aussi des pièces communes. On y retrouve une cuisine équipée, une salle de sport, une bibliothèque, une piscine, une salle de jeux… bref, la belle vie comme en famille.

Les statistiques de ce mode de vie

 

Les chiffres ne mentent pas. Ils démontrent que ce système de location aguiche une foule de personnes. Par exemple, en 2015, on comptait 200 sites offrant ce genre d’espace. Trois années plus tard, donc en 2018, plus de 700 sites étaient recensés ! Rien qu’en France, le niveau de demande a considérablement augmenté dans plusieurs villes.

À Nantes, on dénombre 8 demandes pour une seule offre. Elle est suivie de près par Paris et Bordeaux qui en comptent chacun 7. Lyon et Marseille ferment la boucle avec 5 demandes. Par ailleurs, nombreuses sont les entreprises qui se spécialisent dans le domaine de la construction de ces espaces de vie. Et il y en a de toutes tailles : petites, moyennes et grandes.

Pourquoi opter pour ce système de location ?

 

Le plus petit site de co-living accueille 5 personnes. Il est logé à Bayonne. À l’inverse, le plus grand totalise 85 logements et se trouve à Marseille. Dans la classe des espaces de taille moyenne (70 m2 par habitant), il y en a à Saint-Cloud. Que conclure ? Que chacun peut avoir un logement qui répond à ses attentes. Mais ce n’est là qu’une raison parmi tant d’autres.

Répondre aux goûts de chacun et de tous, d’accord. Mais créer un lien de solidarité, d’unité et de communion entre les habitants d’abord. C’est cela l’objectif principal de ce mode de vie. L’idée est de créer de nouvelles affinités, d’intégrer des personnes issues d’horizons variés. De limiter la solitude dans laquelle tombent souvent les locataires, même en colocation.

Une formule simple pour une recherche aisée

 

Hormis son intégration, ce mode de vie propose une formule attractive. C’est le « tout inclus ». Les frais de loyers comprennent tous les abonnements disponibles dans l’espace. Eau, chauffage, connexion Wi-Fi… le tout sans des démarches complexes. Plus encore, le fait de bénéficier d’un bouquet de services intéresse : pressing, conférences, ateliers cuisine, etc.

Vous recherchez un logement en co-living ? Rien de plus facile à trouver. Pas besoin de recourir à un démarcheur immobilier (personne physique), encore moins à une agence. Des applications assurent ce service en 5 minutes max. Pinql par exemple est un outil pratique dans le domaine. Vous « swipez », « likez » ou ignorer les offres. Et elles sont légion.

Dans le même ordre d’idées, une autre application existe spécialement pour les propriétaires. Son nom, c’est Smart Assistant. À l’instar de Pinql dont elle provient, elle assure une simplicité dans le secteur de la location. Rédaction du bail, état des lieux digitalisé, quittancement automatique, suivi de comptabilité… tout pour faciliter la vie au bailleur.

À qui est destiné ce mode de location ?

 

Question simple, réponse facile ! Ce système de vie s’adresse à tout le monde. N’importe qui peut s’offrir un logement en co-living. Évidemment, des conditions d’âge et financières peuvent se poser. En règle générale, ce type de location fait l’unanimité dans le rang des personnes en transition. Divorce à prononcer, changement d’emploi, pré-retraites, etc.

Il a aussi la cote auprès des jeunes actifs férus des modes partage. Partage d’expérience, de valeurs et de centres d’intérêt. La preuve, dans les statistiques, on dénombre plus de personnes « connectées » aux réseaux sociaux que celles qui ne le sont pas.

Les gens qui n’ont pas les moyens de louer un logement classique dans un immeuble traditionnel se tournent aussi vers le co-living. Expatriés, étudiants, ce mode de vie n’oppose de refus à aucune couche de la société.

Si vivre en communauté vous intéresse et que vous souhaitez faire un partage d’expérience, n’hésitez pas à opter pour cette location qui fait la une de la tendance.

Partager: